Un excellent dossier sur l’Assainissement Ecologique dans le numéro 62 de La Maison Ecologique (avril – mai 2011)

Courrez vite à vos kiosques à journaux ! Dans le dernier numéro de la Maison Ecologique la journaliste Julie Barbeillon consacre un dossier complet à l’assainissement écologique.

Après avoir fait un bilan nécessaire du tout-à-l’égout « bien pratique, mais ô combien coûteux, pour vider, puis concentrer loin de nos pénates nos rejets domestiques », elle passe en revue les principales filières d’assainissement autonomes.

Avec l’agrément de la filière phytoépuration attendu pour cette année et le développement continu des toilettes sèches, les deux filières phytoépuration pour eaux usées et phytoépuration pour eaux grises + toilettes sèches sont passées au crible au même titre que les filières déjà agréées comme les filtres à sable, les filtres compacts et autres microstations.

Le verdict est sans appel : ces deux filières remportent les meilleures notes, la filière phytoépuration + toilettes sèches arrivant même en tête du classement. Les filtres plantés sont en effet la filière la plus résistante, nécessitent peu d’entretien, ont une durée de vie quasi illimitée et une surface utile parmi les plus réduites. Tout ceci pour un investissement initial équivalent aux autres filières et un coût d’entretien bien moindre.

Comment donc généraliser ce système écologique, esthétique et économique ?
L’agrément officiel de la phytoépuration est l’étape primordiale pour la normalisation de cette filière et est attendu pour cette année par plusieurs sociétés dont notre partenaire Aquatiris.fr.

Quand à la normalisation des toilettes sèches, l’article affirme avec raison qu’ « il semble important que les fabricants conçoivent des systèmes nécessitant à la fois très peu de maintenance et assurant un bon processus de compostage, mais aussi capables de passer outre les barrières psychologiques liées à la non-évacuation par l’eau de nos étrons. De fabrication française, les toilettes Ecodomeo répondent parfaitement à ces deux contraintes. (…) Le coût de ces toilettes et d’un filtre planté pour les eaux grises uniquement est pourtant le même que celui d’un filtre planté pour les toilettes à eau et eaux grises mélangées. »

Alors plus d’hésitation, il est temps de dépasser vos barrières psychologiques et de vous mettre dès aujourd’hui à l’assainissement écologique !

This entry was posted in Actualité and tagged , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Un excellent dossier sur l’Assainissement Ecologique dans le numéro 62 de La Maison Ecologique (avril – mai 2011)

  1. Caroline says:

    Bonjour,

    Je confirme très bon article à un détail près… l’agréement n’a toujours pas vu le jour… Il devait tomber avant l’été… puis après l’été et toujours rien pour cette rentrée…obligeant les constructeurs particuliers comme nous à se rabattre sur une filière classique… de peur de se retrouver avec une maison sans assainissement … et sur ma commune, pas de dérogation possible ! C’est bien triste
    Bien cordialement

  2. Merci pour votre commentaire sur un sujet effectivement d’actualité.
    Il me semble qu’il faut préciser un point important. Il ne faut pas attendre un agrément pour les filtres plantés en général. La démarche imposée par l’état aujourd’hui est de proposer une solution de traitement des eaux résiduelles de la maison, de la mettre en test dans un laboratoire agréé par l’état et de la faire homologuer afin d’avoir un agrément pour la filière proposée. Il faut donc que chaque fabriquant / bureau d’études fasse homologuer son système de traitement des eaux usées par phytoépuration.
    Epur Nature l’a déjà obtenu pour son système. Aquatiris et IFB ont proposé des solutions différentes qui ont été testées, qui ont montré de très bon résultats et qui attendent un agrément. Les délais administratifs pour ces 2 nouveaux agréments sont très long mais que faire pour faire accélérer les services de l’état ?
    Il est donc aujourd’hui possible pour des particuliers de faire une phyto-épuration ayant un agrément (celle proposée par Epur Nature) en attendant les agréments de Aquatiris et IFB.
    En ce qui concerne la dérogation, vous soulevez un point intéressant aussi. Pour les filières qui n’ont pas encore l’agrément les dérogations se font selon la sensibilité du SPANC. Certains SPANCs n’accordent pas de dérogations. D’autre SPANCs donnent volontiers une dérogation pour les système non encore homologués à partir du moment où le système est bien dimensionné.